Le nouveau vitrail de l’église Saint-Aignan est l’œuvre d’un calliacien

 Dans A la une

C’est un cadeau magnifique que reçoit Chailly en ce mois de juin : il est l’œuvre de Monsieur Jean-Marie PAIGNAY et de son équipe.

Jean-Marie PAIGNAY n’en est pas à son coup d’essai : c’est déjà lui qui, en 2005, avait réalisé le vitrail baptisé « L’Arbre de Vie » au dessus de l’entrée principale de notre église Saint-Aignan.

C’est cette fois une fenêtre latérale, voutée, donnant sur la Place du village, qui a eu l’honneur de recevoir ce nouveau vitrail.

Artiste verrier amateur et bénévole, Monsieur Jean-Marie PAIGNAY a fait de Chailly son village d’adoption. Très avenant, il est toujours là pour fournir des explications sur son travail, c’est d’ailleurs pourquoi il a reçu plusieurs fois la visite des enfants de l’école auprès de qui il a su faire vivre et transmettre sa passion.

Techniquement, le vitrail a demandé plus d’une centaine d’heures de travail, entre septembre et mai 2017, à raison de deux après-midi par semaine.

Le vitrail est en 3 parties, pour un poids total de 80 kg, et de 3 mm d’épaisseur. Il a la particularité de pouvoir être vu de l’intérieur comme de l’extérieur.

A l’extérieur, il a été protégé du vandalisme par un verre protecteur double, avec une couche de film antieffraction.

Une fois les pièces de verre opalescent découpées, elles sont assemblées au plomb sur un châssis.

Le financement de ces travaux a été assuré par Mr Eric THENIER et de généreux donateurs de l’Association Saint-Aignan.

Michelle Guyader, coordinatrice du projet, n’avait d’yeux que pour « son » vitrail lorsqu’on la croisait peu après la pose.

La symbolique de l’œuvre va chercher ses racines en l’an 451, lorsque l’Évêque Aignan s’opposa aux Huns, à l’occasion de la prise d’Orléans par Attila. On dit que l’Évêque d’Orléans jeta alors une poignée de sable à la tête du roi des Huns, l’histoire veut que la poignée de sable se soit transformée en une nuée de guêpes qui aurait dispersé son armée (c’est donc la main d’Aignan qui est représentée).

Ce cadeau tout en symbole de Monsieur Paignay fera, espérons-le, l’admiration de beaucoup pour les siècles à venir. Qu’il en soit remercié comme il se doit.

Commentaires des enfants de l'école suite à leur visite

Extrait de la brochure « La communauté de communes du pays de Lorris »  de J. Billard : « Découvrir en Gâtinais Églises et Chapelles » :

 

Articles récents
Contactez-nous !

Nous sommes à votre écoute !

Non lisible ? Changer le texte. captcha txt